Suomalais-afrikkalainen kulttuurikeskus ja taiteilijaresidenssi

Villa Karo

Jeune protecteur de l’environnement, JUDICAËL DEGUE

Judicaël en action environnementale

Judicaël en action environnementale

Inspiré par les artistes finlandaises Nanna Susi et Sakari Kannosto, le jeune grand-popolais Judicaël DEGUE rêve de sauver la planète Terre.

Texte: Blanchard DJOSSOU

Récit de Judicaël DEGUE transcrit par O. Blanchard DJOSSOU, Grand-popo MAI 2014

Je m’appelle DEGUE Judicaël, j’ai 14 ans et j’habite HOUNSOUKOUÈ-PLAGE dans l’arrondissement de Grand-popo Centre. Né dans une famille de 4 enfants dont 2 filles. Ma mère est une couturière et mon papa est chauffeur (conducteur de taxi), je suis élève en classe de 5ème au Collège de GRAND-POPO au Bénin.

Avant ma participation à l’atelier de SAKARI KANNOSTO au mois de Décembre 2013 dernier, je collectais déjà les sachets plastiques que je stocke chez moi dans l’intention de les réutiliser comme l’a fait l’artiste finlandaise NANNA SUSI. En effet, NANNA SUSI étais en résidence à la villa karo en 2011 où elle a réalisé une œuvre artistique (la couture de pagne avec les sachets de ‘’pur water’’), dont la photo se trouve à la villa karo (voir photo). Elle a fait coudre le pagne par ma maman. L’œuvre était merveilleux. Ainsi, j’ai décidé moi aussi de ramasser les sachets plastiques pour  en faire pareil : En même temps que je rends mon environnement propre, j’ai également de la matière première pour de création artistique.

J’en ai parlé à des amis mais ils n’ont pas voulu faire comme moi. Même mes frères se moquent de moi du fait que je ramasse les sachets plastiques. J’ai réussi à ramasser trois sac de 50Kg donc un sac  été utilisé pendant l’atelier de Sakari. Ma maman avait brulé les deux autres sacs, ce qui n’est pas bien pour l’environnement: la fumée qui s’en dégage est toxique, donc dangereux pour la santé. Maintenant, nous avons appris qu’il y a quelqu’un qui vient périodiquement à Comé et rachète les sachets plastiques afin de les recycler en assiettes. Si c’est vrai alors, je vais gagner un peu argent en collectant les sachets qui salissent la ville de Grand-popo.

Déjà que je suis membre du Club-Enviro du CEG Grand-popo, je vais encourager mes amis car je pense que la meilleure manière d’éviter l’effet néfaste des sachets sur l’environnement serait de réduire leur utilisation. Précisément, je compte écrire une lettre à afficher un peu partout pour sensibiliser mes amis, puis mettre en place un système de sécurité environnementale pour punir tous ceux qui vont continuer à jeter les sachets plastiques un peu partout. C’est ça mon rêve !!!

Vu les expériences que j’ai vécu à travers le Projet-Enviro, je compte orienter mes études dans les domaines qui contribuent à la sauvegarde de la planète TERRE.

 

Sophie Hounnon et le tissage des tapis en plastique
Vodoun - toute une vie