Akasia News

Batiikkia! Batik!

Batiikkiworkshoppausta (kuvakertomus) / Batik workshopping  / Un atelier du batik

batik 1

Ensin sulatetaan vaha tulella / Start by melting the wax / On commence par faire fondre la cire sur le feu

batik 2

Palmunlehdistä tehdyllä harjalla roiskitaan vahaa kankaalle, jolloin vahatut kohdat eivät värjäydy; kankaan kuidut ovat jo imeneet vahaa eivätkä enää ime väriä.

With a brush made of palm leaves the wax is shot on the fabric; the parts that are waxed will not absorbe colour and this creates the different patterns.

Avec un balai fait de feuilles de palme on met la cire sur le tissu; les parties cirées n’absorbent pas la couleur et c’est ainsi que se forment des motifs.

kuva 5kuva 3

Kuvioita / Patterns / Motifs

kuva 7

Kangas kastellaan vedessä, upotetaan väriin ja nostetaan narulle kuivumaan.

The fabric is first put into water and then sunk into colour, after which it needs to dry.

Le tissu est plongé d’abord dans l’eau et ensuite dans la couleur, et après monté sur les cordes pour sécher.

kuva 8 kuva 9 kuva 10

Väri muuttuu kuivuessaan. / While drying, the colour changes. / La couleur change lors du séchage.

kuva 12Lopputuloksia… / Results / Résultats…

kuva bkuva c kuva a kuva e kuva dkuva 13Värejä / Colours / Couleurs

kuva 18Värin kuivuttua vaha poistetaan kankaasta kiehuvassa vedessä, jonka jälkeen kangas pestään. Kuivumisen jälkeen se silitetään: silitys poistaa viimeiset vahan rippeet ja tuo värit esille.

The wax is removed from the fabric with boiling water and after that the fabric is washed and ironed which removes the last of the wax and makes the colours shine brightly.

La cire s’enlève avec de l’eau bouillante; après le tissu est lavé et repassé, ce qui enlève le reste de la cire et fait briller les couleurs.

La tradition du concert du premier samedi du mois respectée à la Villa Karo

Concert_032013_Seraphin ZOUNYEKPE

Samedi 4 mai 2013, image: Séraphin ZOUNYEKPE

Ancré dans les habitudes des Popolais depuis des années, le concert du premier samedi du mois sur la scène de la Villa Karo de Grand Popo a réuni encore dans l’enceinte du centre des centaines de personnes ce samedi.

Sur la grande scène du Centre Finno-Africain se succède des groupes d’animation locale. Pour ce mois-ci, pas de grande vedette invitée. Place aux jeunes et artistes en quête d’audience. A la suite, deux groupes chorégraphiques du Ceg d’Agoué sur des musiques urbaines Koulikaché et Noudjihou. Le ton est donné, des notations s’engagent dans le public hautement jeune. Sans cesse en croissance, bruyant et en de petits regroupements d’animation les heureux spectateurs, le popo à la bouche, sanctionnent avec vivat le passage du jeune groupe de musique Les frères popo qui leur ont proposé leur sigle L’hymne de Nonvitcha. Les doigts bien détachés les uns des autres en grands éventails, les paumes entrechoquent pour saluer la chrographie, les valeurs de cohésion, d’union que la célébration du Nonvitcha propage. Cette ambiance installée, place est faite au groupe New System.

Composé de trois membres, une chanteuse : Julie Sossou de Sahouè, des percussionnistes : Gabriel Tèko de Lokossa et Amour Donhouanvi de Grand Popo, le New System est diversement accueilli. D’abord, l’entrée en scène de la chanteuse sur des sonorités Goghoun fait resserrer le public autour de la piste. Après quelques mouvements de hanche et le dos tourné au public pour le fameux Alimè whouélé, un jeune homme lui décerne à la volée un 8/10. Ensuite, c’est la dextérité des percussionnistes qui est objet de satisfécit de toutes partes. Une application qui leur permet de créer de rythmes à l’originalité saisissante. Mélange entre autres du Agbadja et du Massè Gohoun, du High-life et du Chinkoumè, du Kaka et du Blékété… Enfin, si sa présence sur scène est d’un certain attrait, la chanteuse, sans s’en rendre compte, n’a pas coulé le grand amour avec son public avec ses longues interventions entre deux chansons. Ce qui toutefois, n’a pas enlevé le crédit de la création originale dont ce groupe fait montre. A leur suite, les élèves du Ceg Grand Popo, à travers sketch et animations musicale mettront fin à cette première grande rassemblement culturel avant l’ultime communion de cette localité le 19 mai prochain à travers le Nonvitcha.

Hurcyle Gnnonhoué